• Pour allumer le feu, sujet de ce billet, mais afin de ne pas faire feu de tout bois, je n’ai pris en considération que des exemples concernant le feu en tant qu’élément, en excluant  les métaphores aussi bien que tout symbolisme, qu’il soit de purification ou encore érotique ! Tant pis donc pour les amateurs d’exorcismes et de rites de purification, les érotomanes et tous les autres polissons, qui ne manqueront pas d’exprimer leur frustration en jetant feu et flammes. Mais je prends le risque !

    F comme Feu (l'élément)

    Photo kilmann

    Lire la suite...


    4 commentaires
  • Initié aux échecs par son père, Magnus Carlsen (né en 1990) a participé, à huit ans, à son premier tournoi. La percée est survenue en 2004: il n'avait que 13 ans quand il a battu l'ex-champion du monde Anatoli Karpov, acculé Garry Kasparov au nul, et qu’il est ainsi devenu Grand Maître. Alors, comme le cubain José Raul Casablanca avant lui (à l'âge de 12 ans, celui-ci a remporté un match contre le champion cubain Juan Corzo y Príncipe), ou encore comme l’américain Bobby Fischer (qui a remporté en 1956 le championnat des États-Unis junior, ce qui a constitué son premier réel succès, à 11 ans), la presse a unanimément désigné Magnus Carlsen comme le nouveau « Mozart des échecs ».

     Mais au fait, pourquoi le « Mozart » des échecs ?

     

    E comme Echec (et mat)

    Photo kilmann

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • (Que ce soit du désordre, de la méprise ou de l’embarras, cela restera toujours de l’ordre de la confusion !)

    C comme Confusion

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • On parle de bruit quand un ensemble de sons est perçu comme désagréable, ce qui en fait une notion très subjective, dépendant du contexte. Supposons que vous empruntez le chemin du graal en compagnie de la divine Callas et de son non moins divin « Casta Diva », mais débité à fond la caisse et en boucle sur votre chaîne hifi. Je dis bien supposons, car il va de soi qu’au grand jamais, vous ne commettrez pareil sacrilège!

    Mais supposons quand-même.

    Eh bien, pour votre voisin, dont l’amour du chant se focalise bien d’avantage sur le jodel que sur le belcanto, la sublime prouesse de votre cantatrice favorite risque fort de ne représenter que des sons gênants! Du bruit, quoi. Du bruit « div(a)in », certes, mais du bruit quand-même!

    Ce qui plus est, au-delà d’un certain nombre de décibels, la sensation auditive perçue n’est pas seulement désagréable, mais peut s’avérer franchement douloureuse et même dommageable pour la santé.

     

    B comme Bruit

    (Illustration: Encyclopédie de la Jeunesse, Editions Hachette, 1967)

     

    Lire la suite...


    3 commentaires
  • Savez-vous, chers lecteurs (à moins que vous fassiez également partie des analphabètes et que vous ne soyez ici que pour regarder les images, auquel cas vous ne saurez jamais rien de la navrante révélation que je vais vous faire) -

    Savez-vous que selon des chiffres publiés par l’ONU, pour la période 2000-2006, il y a sur notre bonne vieille terre à peu près 774 millions d’analphabètes, nombre qui correspond à environ 1/5 de la population adulte mondiale ? Or, si 75% de ces 774 millions d’analphabètes vivent dans seulement 15 pays comme le Bangladesh, le Brésil, la Chine, l’Inde ou le Nigéria, il reste néanmoins quelque 193 millions répartis dans les pays dit « développés » dont, tenez-vous bien, approximativement  800'000 adultes en Suisse  -

    soit 16 % des 16 à 65 ans.

    Qui sont incapables de lire et comprendre un texte simple ! 

    Ainsi, derrière ces données statistiques anonymes concernant notre chère petite patrie, qui figure pourtant parmi les pays les plus prospères et les plus développées du monde, se dissimule une personne sur sept qui est affligée d’un handicap qu’elle assume tant bien que mal, qu’elle masque farouchement aussi longtemps que possible et plus ou moins habilement avec des combines, de petits et de grands mensonges et des tricheries. En sollicitant la collaboration de proches aussi.

    Pour ne l’avouer qu’en cas de nécessité absolue, ou sous la contrainte

     

    A comme Analphabète

     

    Lire la suite...


    votre commentaire