• D comme Durée (1/2)

    La durée est une période de temps déterminée, mesurable, avec un début et une fin; soit le temps que dure un événement, une action. Le billet présent traitera donc de la durée de tout ce qui est relatif à la musique classique, soit des compositions, concerts, bis, enregistrements, et même des carrières; à commencer par les plus courts, et à finir avec les plus longs :

     

    D comme Durée 

     

    a) Compositions

    Les piécettes réunies par le pianiste virtuose et compositeur français Charles-Valentin Alkan (1813-1888) dans de vastes cycles intitulés Esquisses, Préludes et Chants, n’excédent parfois qu’à peine la minute.

     

    D comme Durée

    Un des rares portraits de Ch.-V. Alkan,
    qui date de 1860 et sur lequel le facétieux compositeur tourne le dos à la caméra.

    D comme Durée


    Une grande partie des Etudes, Mazurkas, Préludes ou Valses du polonais Frédéric Chopin (1810-1849) ne dépasse pas les 2 minutes.

    D comme Durée
    Dans les deux cas cependant, il s’agit d’œuvres pour piano solo.
    Or, dans la musique instrumentale, il existe également un grand nombre de pièces que l’on pourrait qualifier    d’« amuse-gueules » :

    Pour interpréter la totalité du travail de l’autrichien Anton Webern (1883-1945) par exemple, il ne faut pas plus de trois heures –
    et pourtant, nous avons affaire à un personnage clé parmi les compositeurs les plus importants du vingtième siècle car sa musique, qui ne regroupe que 75 oeuvres publiées, dont certaines de moins de deux minutes, a eu un effet profond sur le monde musical moderne.

    D comme Durée
    L’une des oeuvres instrumentales la plus courte qui soit, Hyperprism pour deux bois, sept cuivres et sept percussionnistes, composée en 1922 par le français Edgar Varèse (1883-1965), ne dure qu’à peu près 4 minutes!

    D comme Durée
    Une autre œuvre, celle-ci composée par l’américain John Cage (1912-1992), dure à peine plus longtemps : 4′33″. Il s’agit d’une partition de musique avant-gardiste qui, sa courte durée mise à part, présente une autre particularité intéressante - celle de « quatre minutes et demi de silence ».
    Le morceau, écrit pour le piano, est structuré en trois mouvements principaux. Une note (non pas de musique, mais de rédaction !) de John Cage complète cette partition:
    «Le titre de cette œuvre figure la durée totale de son exécution en minutes et secondes. À Woodstock, New York, le 29 août 1952, le titre était 4′33″ et les trois parties 33″, 2′40″ et 1′20″. Elle fut exécutée par David Tudor, pianiste, qui signala les débuts des parties en ouvrant le couvercle du clavier, et leurs fins en fermant le couvercle. L'œuvre peut cependant être exécutée par n'importe quel instrumentiste ou combinaison d'instrumentistes et sur n'importe quelle durée.»

    Contrairement à mon habitude, je vous accorde donc 4 minutes et demie de « silence » pour vous permettre d’écouter cette œuvre, interprétée par le soliste William Marx :

    D comme Durée
    Par contre, permettez-moi de passer « sous silence » les autres versions, surtout les plus longues, et de me tourner du côté de l’opéra :

    L'opéra en six scènes La Délivrance de Thésée de Darius Milhaud (1892-1974) dure sept minutes et demie. Il s’agit du dernier de trois Opéras-Minute (Mini-Opéras) composés en 1928, après L'enlèvement d'Europe et L’abandon d’Ariane, et dont la durée totale est d’environ 27 minutes.

    D comme Durée
    La palme d’or est pourtant détenue par The Sands of Time de Simon Rees et Peter Reynolds. En 1993, cette oeuvre a été reconnue par le Guinness Book of Records comme l’opéra le plus court du monde : il dure 3 minutes et 34 secondes.

    D comme Durée

    Après vous avoir mis l’eau à la bouche avec une première série de gâteaux d’apéritif, tournons-nous maintenant vers les plats de résistance :

    Le Concerto pour piano et orchestre N° 3 de Sergueï Rachmaninov (1873-1943) est l’un des plus longs du répertoire (près de 45 minutes, malgré les coupures envisagées par le compositeur). A ce propos, le New York Herald a rapporté cette anecdote amusante, le lendemain de la première : Monsieur Rachmaninov fut rappelé plusieurs fois par le public qui insista pour qu’il rejoue, mais il leva les mains par un geste signifiant qu’il était d’accord pour rejouer mais que c’étaient ses doigts qui ne l’étaient pas. Ceci fit beaucoup rire le public qui, à ce moment-là seulement, le laissa partir !
    Josef Hofman, dédicataire de l’œuvre et formidable pianiste, a d’ailleurs refusé de créer l’œuvre sur l’invitation du compositeur, évoquant la difficulté de la pièce, sorte de symphonie pour piano –
    ou de « Concerto éléphant » comme l’a noté avec amusement Arthur Rubinstein.

    D comme Durée

    Portrait de Rachmaninov, par Konstantin Somov, 1925.
    (Source: New World Encyclopedia)

    D comme Durée

    Si Rubinstein compare une œuvre de 45 minutes à un éléphant, il faut alors aller puiser dans le catalogue raisonné des dinosaures pour qualifier les œuvres qui suivent :

    La Symphonie-Concerto de Bogusław Schaeffer, composée en 1997, qui dure plus de deux heures, est la symphonie la plus longue du monde, en quoi elle a distancé la 1ère Symphonie de Havergal Brian (1931), leader précédent.

    D comme Durée

    Si les piécettes réunies par le pianiste virtuose et compositeur français Charles-Valentin Alkan (1813-1888) dans de vastes cycles intitulés Esquisses, Préludes et Chants, n’excédent parfois qu’à peine la minute, et figurent ainsi parmi les oeuvres les plus courtes qui soient (voir plus haut), ce misanthrope, retiré de la vie publique dès l’âge de 20 ans a définitivement été sorti de sa réserve grâce à la contribution d’un pianiste britannique, Jack Gibbons qui, le 15 février 1999 au London’s Queen Elisabeth Hall, a rendu l’intégrale des Etudes op. 39 accessible au grand public. Il s’agissait de la première exécution à Londres, et de la seconde exécution tout court de cette œuvre publiée en 1855 ! La raison en est la longueur immense de l’œuvre - le concert a eu deux entractes et a duré trois heures en tout.

    D comme Durée
    L’histoire de la photographie en musique, du compositeur britannique Michael Finnissy (1946-), se réclame d’être l’œuvre non répétitive pour piano la plus longue à être jouée. Elle dure cinq heures et demie et la première, qui a eu lieu le 28 janvier 2001 à la Royal Academy de Londres, a été donnée par Ian Pace en trois parties.

    D comme Durée
    En 1893, suite à une relation amoureuse quelque peu houleuse ou compliquée, Erik Satie (1866-1925) avait besoin de « retrouver le plus grand calme et la forte tranquillité de son âme ». Il a alors composé une oeuvre étrange, telle une transe, exemple parfait de l’effet bénéfique que peuvent apporter la répétition et la notion de l’immuable sur un esprit tourmenté : Vexations, deux lignes de musique que le pianiste devra jouer huit cent quarante fois de suite ! Selon le tempo choisi, Vexations pourra durer de douze à vingt-quatre heures….

    D comme Durée

    Portrait d’Erik Satie , par Pavlo Picasso (1920)

    D comme Durée

    Kaikhosru Shapurji Sorabji (1892–1988), né en Angleterre d’un père parsi riche homme d'affaires et d'une mère chanteuse d'opéra hispano-sicilienne, passe pour avoir signé les ouvres les plus longues - jusqu'à huit heures sans in¬terruption - et sans doute les plus complexes de la littérature musicale à ce jour. Sorabji a laissé, entre 1914 et 1982, onze mille pages environ de mu¬sique. Son Opus clavicembalisticum pour piano solo, qui a été exécuté plusieurs fois et même enregistrée, a même figuré dans le Guinness Book of Records en tant que pièce pour piano la plus longue jamais écrite (elle dure entre 3 ¾ et 4 ¾ heures) –
    record qui s’est pourtant avéré injustifié, puisque ses Variations Symphoniques peuvent durer environ 8 heures. Et sa 5ème Sonate pour piano, la Sequentia Cyclica Super Dies Irae ex Missa Pro Defunctis ainsi que le set complet de 100 Etudes Transcendantales ont tous des durées substantiellement plus longues encore que l’Opus Clavicembalisticum.

    D comme Durée

     L’opéra le plus long représenté régulièrement est Die Meistersinger von Nürnberg de Richard Wagner (1813-1883) - sa version non abrégée dure plus de 5 heures.

    D comme Durée
    Bien que considérablement raccourci par l'auteur lui-même, puis par de nombreuses coupes séculaires, l’opéra Guillaume Tell de Gioacchino Rossini (1872-1968) reste à ce jour l’un des plus long opéras en une pièce jamais composé, puisqu'il dure près de sept heures lorsqu'il est joué intégralement.

    D comme Durée

    Mais travailler avec ferveur et acharnement pendant des semaines et des mois sur une partition, pour finalement devoir la remettre sur le métier et drastiquement la raccourcir, en supprimant des passages entiers dans lesquels il a mis le meilleur de soi-même – cette frustrante tâche n’a pas été réservée qu’à Rossini. Voici un autre exemple :

    Lors des répétitions de Don Carlos, Giuseppe Verdi (1813-1901) se rendait déjà compte que cet opéra serait trop long. Il commençait alors à couper, mais les répétitions en costumes, commencés à 19.00 heures, duraient encore jusqu’à après minuit. Puisque bon nombre des mécènes de l’opéra de Paris habitaient des faubourgs opulents tels que Passy, et risquaient de rater leur train de retour, il effectuait alors de vastes coupes supplémentaires. Lors de la première, un Don Carlos mutilé a été présenté et pendant un certain temps, Verdi insistait que la seule version autorisée soit celle exécutée lors de la première à Paris – cinq actes considérablement écourtés plus un ballet. Toutefois, quant il devenait évident que les théâtres italiens, sans aucun préavis, effectuaient des coupes séculaires supplémentaires et omettaient même le premier acte dans son intégralité, il capitulait et produisait une version « finale » en 4 actes. Une version en cinq actes, qui paraissait quelques années plus tard, laisse pourtant supposer qu’il espérait que les théâtres allaient finalement reconsidérer le premier acte rejeté. Pendant de nombreuses années, les maisons d’opéra avaient donc le choix entre 4 ou 5 actes, (invariablement sans le ballet), souvent avec des coupes supplémentaires, et souvent aussi en omettant la scène finale.
    Récemment, tout le matériel coupé par Verdi a été redécouvert, et de nombreuses productions, ainsi que deux enregistrements, ont tout ou partie remis en place. Les verdiens sont ravis – quelque 45 minutes de tout grand Verdi peuvent être re-écoutés – et des maisons d’opéra imaginatives sont en mesure de mélanger et d’assortir non seulement le matériel récemment découvert, mais d’autres passages que Verdi a révisé et qui ainsi existent en deux ou plusieurs versions !

    D comme DuréeLes cinquante-cinq scènes du Pavillon aux pivoines, opéra chinois composé au XVIIIe siècle par Ye Tang, sur un livret de Tang Xianzu (1550-1616), ont été données pour la première fois en intégralité à Paris, à la Grande Halle de la Villette, en décembre 1999. Il s’agit d’un spectacle fascinant, d’une durée babylonienne de dix-neuf heures (réparties en six épisodes de trois heures chacun!), dont il est peu vraisemblable qu’il ait été joué en entier depuis sa création il y a quatre cents ans. Cette histoire d’amour entre le spectre d’une jeune femme et son amant a rassemblée 21 acteurs, interprétant 160 rôles, et un orchestre de 12 musiciens, pour une équipe totale de 150 artistes et techniciens venus de Chine et des Etats-Unis.

    D comme Durée(fin de la première partie)


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Vendredi 1er Janvier 2016 à 12:43

    Bonne année à vous !

      • kilmann
        Vendredi 1er Janvier 2016 à 14:23

        Merci, Nikole, pour vos bons voeux.

        A mon tour, je vous adresse les miens, sincères, en vous souhaitant une année 2016 paisible, prospère et riche eves une foule de belles images (que je consulte presque tous les jours sur les 2 sites).

        Avec mes amitiés.

        Kilian

         

    2
    Samedi 2 Janvier 2016 à 10:08

    Vous n'êtes donc pas si loin ni absent que je le pensais : merci beaucoup !

    3
    Dimanche 1er Janvier à 13:52

    Une année tout juste a passé et rien d'autre sur ce site ! J'espère, simplement, que vous allez bien. Et je vous souhaite une très bonne année.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :