• Beaucoup de sites pour gauchers se font fort de reproduire des listes entières de noms illustres, un peu d’ailleurs comme les sites gays qui se targuent de célébrités homos, au risque de faire le coming-out forcé de certains personnages. Curieusement aussi, le pourcentage estimé de gauchers est à peu près le même que celui des gays. Sauf qu’il ne s’agit pas des mêmes personnes (pas toujours en tout cas!). Mais ceci n’est certainement que le pur fruit du hasard.

    Certains sites ont alors au moins la délicatesse et l’objectivité de mettre cette « gaucherie » au conditionnel, alors que d’autres, plus larges d’esprit, se contentent d’affirmations impossibles à vérifier, donc gratuites dans bien des cas. Je me pose alors juste la question si oui ou non la latéralité est plus facile à assumer (si tant est qu’il faut l’assumer) quand on peut se référer à son illustre prédécesseur Jules César, ou Jimmy Hendrix ?

    Or donc, bien que les gauchers sont nombreux parmi les célébrités de notre histoire, je ne citerais ici que quelques noms de la liste « obligatoire » (et non vérifiée), ceci pour satisfaire à la curiosité de certains lecteurs droitiers qui ne se sont jamais penchés sur le problème, soit Platon, Léonard de Vinci, Michel-Ange, Picasso, Einstein et Napoléon, ou peut-être encore Barack Obama comme exemple sorti tout droit de l’actualité (sans oublier toutefois que ses 4 prédécesseurs George W. Bush, Bill Clinton, George Bush père et Ronald Reagan l’étaient également).

    G comme Gaucher (1/2)

    Il va pourtant de soi que ce billet sera, comme de coutume, consacré aux musiciens et aux compositeurs. Et pour des raisons évidentes, un peu plus aux musiciens qu’aux compositeurs. Car d’une part, la partition d’un concerto pour la main gauche peut très bien avoir été écrite avec la main droite, alors que l’interprétation avec la main droite de ce dit concerto pour la main gauche risque de poser quelques problèmes d’ordre technique! D’autre part, bon nombre de compositeurs du passé et du présent étant des musiciens talentueux, souvent même virtuoses, la latéralité pose naturellement d’avantage de problèmes à l’interprète qu’au compositeur.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Suite et fin du billet G comme Gaucher

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Pour allumer le feu, sujet de ce billet, mais afin de ne pas faire feu de tout bois, je n’ai pris en considération que des exemples concernant le feu en tant qu’élément, en excluant  les métaphores aussi bien que tout symbolisme, qu’il soit de purification ou encore érotique ! Tant pis donc pour les amateurs d’exorcismes et de rites de purification, les érotomanes et tous les autres polissons, qui ne manqueront pas d’exprimer leur frustration en jetant feu et flammes. Mais je prends le risque !

    F comme Feu (l'élément)

    Photo kilmann

    Lire la suite...


    4 commentaires
  • Initié aux échecs par son père, Magnus Carlsen (né en 1990) a participé, à huit ans, à son premier tournoi. La percée est survenue en 2004: il n'avait que 13 ans quand il a battu l'ex-champion du monde Anatoli Karpov, acculé Garry Kasparov au nul, et qu’il est ainsi devenu Grand Maître. Alors, comme le cubain José Raul Casablanca avant lui (à l'âge de 12 ans, celui-ci a remporté un match contre le champion cubain Juan Corzo y Príncipe), ou encore comme l’américain Bobby Fischer (qui a remporté en 1956 le championnat des États-Unis junior, ce qui a constitué son premier réel succès, à 11 ans), la presse a unanimément désigné Magnus Carlsen comme le nouveau « Mozart des échecs ».

     Mais au fait, pourquoi le « Mozart » des échecs ?

     

    E comme Echec (et mat)

    Photo kilmann

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • (Que ce soit du désordre, de la méprise ou de l’embarras, cela restera toujours de l’ordre de la confusion !)

    C comme Confusion

     

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique