• A l'origine, être zen, c'est pratiquer la méditation en position de lotus, essence même du bouddhisme. Or si zen se réfère à la réalité cosmique, ou à ses visions, ou à la méditation pour atteindre ces visions, il peut aussi bien être bouddhiste ou non-bouddhiste. Les Yogis en Inde et les Taoïstes en Chine ont pratiqué le zen bien longtemps avant que le bouddhisme zen ait été établi. D’innombrables gens sans aucune affiliation religieuse pratiquent consciemment ou inconsciemment le zen à des fins multiples. Chaque fois que vous fermez les yeux pour réfléchir sur ce que vous avez fait, ou ce que vous avez l’intention de faire, vous pratiquez, d’une certaine manière, le zen. D’ailleurs, de nos jours, le concept s’est étendu à tout un mode de vie, l’objectif étant de se débarrasser du stress et de parvenir au bien-être et à la sérénité, et plusieurs voies permettent d’y accéder.

    Z comme Zen

    Lire la suite...


    7 commentaires
  • Etes-vous un tifoso inconditionnel et déclaré du yodel ?

    Dans l’affirmative, ce billet a bien entendu été rédigé tout spécialement à votre intention. (Non, non, ne me remerciez pas, c’est tout naturel)

    Par contre, il se peut que vous ayez quelques réticences envers le genre parce que, comme moi, vous avez été la victime sans défense, dans votre prime jeunesse, d’un gavage impitoyable et permanent. Si tel devait être le cas, je vous conseille alors de lire d’autant plus attentivement ce billet, en guise de thérapie en quelque sorte, car la découverte du yodel niché subrepticement dans les plus grandes pages de vos compositeurs préférés vous apportera la preuve que ce chant alpin n’est pas un art aussi mineur que certains veulent bien le croire (ou le faire croire). Et qui sait, peut-être je réussirais même à vous réconcilier un tant soit peu avec le genre !

    Y comme Yodel

    Lire la suite...


    4 commentaires
  • La lettre X m’a causé un léger problème dans ce sens qu’elle n’est pas très riche en mots relatifs à la musique classique. Par exemple, et là je tire déjà sur la corde, si à une certaine époque des disques de différents diamètres ont existés, soit les 17 cm (45 tours), soit les 25 et 30 cm (33 tours), jamais par contre la lettre X n’a été utilisée pour désigner la plus grande de ces 3 « tailles ». D’autre part, les films classés X n’ont recours qu’à des bruitages élémentaires, mais en aucun cas à la musique savante occidentale. Et pour l’heure, je ne connais pas non plus, parmi les compositeurs, musiciens et chanteurs australiens, la ou les personnes du 3ème genre que ce pays reconnaît désormais avec l’identité « X ». Voici donc trois thèmes exclus d’office de la liste pourtant déjà peu riche en sujets. Au même titre que sont rejetés tous les noms propres de personnes (tel que Xenakis), car il n’est pas dans mon intention non plus de rédiger des biographies.

    Par la force des choses, mon choix s’est alors arrêté au mot Xylophone, un instrument aux formes et aux noms multiples à travers le monde et les siècles, qui existe depuis des millénaires et qui a pourtant dû attendre le 19e siècle pour sortir des rangs, devenir un instrument solo et trouver une place dans le répertoire classique.

    Quant à la biographie que je croyais pourtant avoir évité, je n’en suis finalement pas si éloigné que cela, puisque la vie de deux musiciens au moins se trouve très étroitement liée à l’existence de cet instrument !

     

    X comme Xylophone 

    Mais commençons avec un peu d’histoire :

    Lire la suite...


    3 commentaires
  • Aujourd’hui, je vais vous emmener dans un endroit qui, à priori, n’est pas spontanément liée ni à la musique, ni à l’opéra -

    par contre il s’agit d’un lieu qui concerne strictement tout le monde, y compris celui du monde de la musique classique.  S’y rendre témoigne (parait-il) d’une bonne santé et fait partie intégrante de la vie de tous les jours, à tel point que de nombreux artistes s’en sont inspirés pour leurs œuvres – et que d’autres encore y ont même trouvé leur inspiration. Quoi de plus naturel alors si cet endroit occupe une place certaine dans les arts plastiques et la peinture, et quoi de plus normal aussi que la musique y trouve une certaine place!

     

    W comme Water Closet

    Lire la suite...


    4 commentaires
  • Il existe un grand nombre de verbes qui sont tantôt transitifs, tantôt intransitifs. Et le verbe « voler » que j’ai choisi pour ce billet me permet justement de vous en faire une démonstration parfaite :

    Ainsi, quand un certain Julian Altman a quitté la loge du célèbre violoniste Bronislaw Hubermann, avec sous son manteau d’hiver le violon de ce dernier, nous avons à faire au verbe voler dans sa forme transitive, puisqu’il (Altman donc) était bel et bien accompagné d’un (complément d’) objet ! Qui de surcroit s’est avéré être un stradivarius, donc  de très grande valeur !

    Par contre, si pendant la première Guerre mondiale, Maurice Ravel a voulu rejoindre l’aviation militaire, parce que son plus cher désir était de piloter un avion afin de défendre sa France bien-aimée, il s’agit alors du verbe voler dans sa forme intransitive, puisque non accompagné d’un complément d’objet ! D’ailleurs, ce rêve ne s’est malheureusement réalisé qu’à moitié, car tenant compte de la petite taille et de la frêle constitution de Ravel, les autorités militaires l’ont enrôlé en tant qu’ambulancier - ce qui lui a tout de même permis de voler au secours de ses camarades blessés au front !

    Laissez-moi alors vous présenter un certain nombre d’autres exemples de ce qui se vole et ce qui vole en musique :

    V comme Vol

    Illustration kilmann

    Lire la suite...


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique